Recherche

Axe « Voyageurs européens à la cour de France au temps des Bourbons (1594-1789) – regards croisés »

Cet axe appartient au programme de recherche intitulé « Les étrangers à la cour de France au temps des Bourbons (1594-1789). Stratégies, apports, suspicions ».

L’axe repose sur l’étude de témoignages inédits ou peu explorés de voyageurs qui ont visité la cour des Bourbons. Les études peuvent aussi concerner le regard posé par les courtisans sur ces voyageurs et la manière dont ils ont commenté leur réception à la cour.

Nous nous concentrons avant tout sur les membres de l’aristocratie et des familles princières qui effectuent des « voyages d’agrément », c’est-à-dire les déplacements qui ne sont pas liés à des obligations ou événements particuliers (mariages, signature de traités, négociations politiques bi ou multilatérales, etc.).

Quatre thématiques majeures seront abordées :

  • les pratiques du voyage,
  • les regards des voyageurs étrangers sur la cour de France,
  • le voyage curial comme outil politique,
  • les impacts et transferts culturels suscités par les voyages.

Une équipe internationale et interdisciplinaire

En novembre 2011 a été publié par le comité de pilotage un appel à participation qui a permis de réunir une équipe de quinze chercheurs :

>  Volker Barth, maître de conférences, université de Cologne, Allemagne : Les visites incognito à la cour des Bourbons au XVIIIe siècle
>  Gilles Bertrand, professeur, université Pierre Mendès-France – Grenoble II : Le modèle de Versailles à l’épreuve du voyage éclairé (XVIIIe siècle)
>  Loïc Bienassis, chargé de mission, Institut européen d’histoire et des cultures de l’alimentation / université François-Rabelais de Tours : Voyageurs anglais à la cour de Louis XIII
>  Catherine Bulgakova, doctorante, université d’État de Moscou Lomonossov, Russie : La visite du comte et de la comtesse du Nord à Paris en 1782. Le couple princier russe à la Cour de Louis XVI : la perception de l’événement par des contemporains et ses conséquences politiques et culturelles
>  Florian Dölle, doctorant, université de Hambourg, Allemagne : Versailles dans le journal de l’architecte Christoph Pitzler (1657-1707)
>  Thomas Fouilleron, docteur, chargé de cours, université Nice Sophia Antipolis : Voyages de plaisance et reconnaissance politique. Les princes de Monaco à la cour de France (1642-1663)
>  Hanife Güven, professeur, université d’Izmir, Turquie / université libre de Bruxelles, Belgique : La description de la cour de France de Y. C. Mehmet Efendi (1720-1721) et sa réception en Empire ottoman : clivages culturels et enjeux sociaux
>  Andreas Kupka , directeur du musée de la Citadelle de Jülich et président de la Deutsche Gesellschaft für Festungsforschung, Allemagne : Le voyage du jeune Prince Jean Guillaume du Palatinat en France (1658-1716)
>  Laurent Lemarchand, professeur, université de Rouen : Entre gloire et beauté : l’évolution du rôle et du fonctionnement de la cour de France avec la Régence de Louis XV
>  Anne Motta, professeur agrégée, université de Lorraine, Metz : Charles de Vaudémont (1649-1723) à la cour de Versailles
>  Dorothea Nolde, professeur, université de Brême, Allemagne : Voyages d’agrément et diplomatie parallèle : les membres de familles princières allemandes à la cour de France (XVIIe siècle)
>  Cécile Peter, doctorante, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne : Les voyages de la reine Christine de Suède en France : regards croisés d’hier et d’aujourd’hui (1656-1658)
>  Sylvie Requemora-Gros, maître de conférences, Aix-Marseille Université : Sophie de Hanovre, princesse incognito à la cour « arche de Noé » (1679)
>  Vladislava Sergienko, maître de conférences, université d’État de Moscou Lomonossov, Russie : Voyageurs russes : les regards croisés d’un écrivain et d’un diplomate sur la Cour de Louis XVI en 1789
>  Christina Strunck, chargée de recherche, université de Marbourg, Allemagne : The Court in Performance : Cross-cultural Curiosity in a Diary recording Alessandro de’ Medici’s Sojourn at the French Court (1596-1598)

Le cadre chronologique et géographique des études

Les études proposées concernent avant tout le XVIIe siècle mais ne négligent pas la régence et les règnes de Louis XV et de Louis XVI :

>  Henri IV : Règne / Régence : 1589-1610 (2 études)
>  Marie de Médicis : Règne / Régence : 1610-1617 (1 étude)
>  Louis XIII : Règne / Régence : 1617-1643 (3 études)
>  Anne d’Autriche : Règne / Régence : 1643-1651 (3 études)
>  Louis XIV : Règne / Régence : 1651-1715 (8 études)
>  Philippe d’Orléans : Règne / Régence : 1715-1723 (3 études)
>  Louis XV : Règne / Régence : 1723-1774 (1 étude)
>  Louis XVI : Règne / Régence : 1774-1789 (3 études)

L’origine géographique des voyageurs concerne la plupart des pays de l’Europe occidentale, à l’exception de la péninsule ibérique et des Pays-Bas :

Argumentaire

La recherche admet aujourd’hui qu’il existe à l’époque moderne une culture curiale et aristocratique européenne qui repose sur le partage d’un ensemble de valeurs, de comportements, d’objets et de symboles. Partage qui ne va pas de pair avec uniformité : chaque cour se distingue des autres de manière plus ou moins prononcée, en cultivant un mode de vie et une étiquette marqués par les traditions et l’histoire du pays. Les visites intercuriales présentent un terrain fertile pour étudier les différences et similitudes qui marquent la société curiale européenne. Comment se déroulent les rencontres entre membres de différentes cours, moments où les similitudes et les différences émergent de force ?

Les études ne se limiteront pas à la réception du voyageur et au déroulement de son séjour à la cour, mais pourront concerner également la préparation du voyage : les voyageurs s’instruisent par des lectures et des entretiens avec d’autres voyageurs, ils se font accompagner par des personnes expérimentées. Dans le cas des réceptions officielles, la cour de France prépare l’accueil du visiteur en réglant les questions protocolaires et matérielles si le voyageur est logé aux frais de la Couronne.

Nous nous intéressons aussi aux intermédiaires dont l’aide est sollicitée par le voyageur ou la Couronne. Il s’agit bien souvent de personnes originaires du pays du visiteur et qui connaissent bien le monde de la cour de France, comme Madame Palatine qui joue un rôle important lors de l’accueil des voyageurs en provenance du Saint-Empire romain germanique.

Les études pourront également porter sur les objectifs et conséquences d’une visite à la cour de France. L’établissement de relations personnelles et les éventuelles alliances conclues (politiques ou matrimoniales) font partie de ce volet, comme les transferts culturels qui peuvent en résulter et qui peuvent aller dans les deux sens (exportation/importation). Certaines réceptions ont été immortalisées : en témoignent des gravures, des médailles ou d’autres objets commémoratifs qui mériteraient une étude.

Sera pris en compte également l’impact du contexte politique et religieux comme celui du statut du voyageur : son rang, son âge et son sexe, comme son lien avec la famille royale.

Notons également qu’une partie seulement des voyageurs nobles qui nous intéressent est reçue officiellement à la cour. D’autres doivent se joindre à la foule des visiteurs qui se presse chaque jour dans les résidences royales et qui assiste de loin aux festivités et aux cérémonies du quotidien. La Couronne est impliquée dans cet accueil particulier : consciente de l’importance du « tourisme curial » pour sa représentation, elle l’organise progressivement et tente de contrôler son image. L’étude des modalités et de l’évolution de cette « mise en scène » pourront faire l’objet d’études ainsi que celle de sa perception par les voyageurs.

Productions

>  Colloque international « Voyageurs européens à la cour de France au temps des Bourbons (1594-1789) – regards croisés », 31 janvier-1er février 2013, Institut historique allemand (IHA).

>  Publication des actes du colloque de 2013 dans notre collection « Aulica ».

>  Un numéro spécial du Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles est consacré à l’édition de cinq sources de l’époque moderne témoignant de la réception de voyageurs étrangers à la cour des Bourbons.

Comité de pilotage

>  Prof. Jean Boutier, École des hautes études en sciences sociales (EHESS), directeur du Centre Norbert Elias
>  Prof. Gudrun Gersmann, directrice de l’Institut historique allemand (IHA)
>  Dr. Bernd Klesmann, responsable de la section ‘Temps modernes II (1650-1815)’ de l’Institut historique allemand (IHA)
>  Prof. François Moureau, directeur du Centre de Recherche sur la Littérature des Voyages (CRLV) de l’université Paris-Sorbonne et des Presses de l’université Paris-Sorbonne (PUPS)

Coordination scientifique : Caroline zum Kolk.

Site réalisé avec le soutien de :
Château de Versailles
Conseil général des Yvelines
©CRCV