Recherche

Réseaux et sociabilité à la cour

Durée : 2017-2019

Cet axe de recherche vise à comprendre les réseaux qui se tissaient à la cour, notamment en étudiant la nomenclature des offices, leur historique et leur méthode de transmission pour tenter de saisir aussi bien les mécanismes d’ascension sociale que la hiérarchisation des maisons royales. L’étude systématique et continue des différentes charges offrira la possibilité de dresser une typologie des réseaux (familiaux, géographiques, etc.) tout en permettant de s’interroger sur les réels détenteurs du pouvoir à la cour.

La cour représentait un véritable creuset de la société de l’Ancien Régime. S’y côtoyaient non seulement la famille royale, les grands seigneurs mais aussi tout une foule de titulaires de charges plus ou moins importantes qui permettait le bon fonctionnement de cette mécanique.
À l’exception du prince et de sa famille, cet ensemble hétérogène constituait la domesticité royale et, pour être logé « au Louvre » (i.e. dans la résidence où couchait le roi), chacun devait posséder une charge auprès de l’un des membres de la famille royale. À l’intérieur de ce microcosme, des liens ne manquaient pas de se créer. Un service assidu et efficace auprès du roi et de sa famille permettait la création de grandes dynasties curiales qui connurent, entre le XVIIe et le XVIIIe siècle, de grandes ascensions. Il en était ainsi particulièrement des domestiques qui approchaient directement le souverain ou la souveraine. Juridiquement, il était interdit de posséder un autre office dès lors que l’on était officier commensal. Ceci restait théorique car la proximité avec le pouvoir royal entraînait nécessairement l’octroi de nouvelles charges, souvent plus lucratives que la principale… Il n’était pas rare ainsi de cumuler une charge de valet de chambre avec celle de concierge voire d’intendant d’un château royal. Les détenteurs de charges occupaient progressivement des postes clefs de l’administration du château, permettant de placer toute leur progéniture dans les différentes places qu’ils avaient accumulées.
Tous ces personnages tissaient généralement entre eux des liens sociaux très importants qui souvent se matérialisaient par des alliances matrimoniales : un valet de chambre du roi épousait une femme de chambre de la reine, un apothicaire une fille de médecin, etc. Les mariages se négociaient sur des paris sur l’avenir et l’on n’hésitait pas à payer une dot importante pour une fille car on comptait récupérer une charge significative dans la nouvelle belle-famille. C’étaient par ces petits pas que se faisait patiemment une ascension dynastique. Plusieurs familles en sont de parfaits exemples.
Ce « monde » qui entourait la famille royale constituait une sorte de gens romana, composée de clans familiaux qui accaparaient toutes les charges principales, bien loin de la spécificité des offices qui, à l’origine, ne devaient pas être vendus mais être attribués suivant le principe du bon discernement royal. La vénalité des offices (c’est-à-dire la possibilité de les vendre entre particuliers) était née de la nécessité impérieuse de la monarchie de gagner de l’argent. Madame Palatine, belle-sœur de Louis XIV ne s’y trompait pas quand, rappelant ses souvenirs de la cour louis-quatorzienne, elle déplorait d’être servie : « lorsque le roi mangeait avec les dames ou en voyage, (…) par des gens qui n’étaient pas gentilshommes. Anciennement, tous les officiers du roi, tels que ceux de l’échansonnerie, du gobelet, du fruit, etc. étaient gentilshommes ; mais depuis que la noblesse est devenue pauvre, et que toutes les charges se sont payées cher, il a fallu prendre de bons bourgeois qui eussent de l’argent ». Les titulaires retenus continuaient toutefois de faire l’objet d’enquête de bonne vie et bonne mœurs, mais la royauté ne contrôlait plus directement les recrutements, ce que Saint-Simon critiquait vivement au début du règne de Louis XV en tentant de convaincre le Régent de reprendre la main sur la distribution des offices…

Afin de comprendre les réseaux à la cour et de savoir qui y avait réellement le pouvoir, il s’agira essentiellement dans cet axe de recherche de :

  • Comprendre et définir la nomenclature des charges auliques ;
  • Connaître l’historique et la continuité de chacune des charges auliques ;
  • S’interroger sur les modes de transmission et d’acquisition (survivances, acquisitions directes, parties casuelles…) ;
  • Définir la typologie des réseaux : familiaux, sociaux, géographiques et topographiques internes à la cour ; financiers, de charges (esprit de castes), religieux, etc. ?
  • Comprendre les réseaux d’influence, les coteries… ;
  • Étudier les mécanismes d’ascension sociale ;
  • Définir la hiérarchisation interne des maisons royales et princières et voir s’il existait des cloisonnements par département ou service ;
  • Identifier les familles les plus influentes de la cour avec la création de dynasties.

Équipe

Direction programme : Mathieu da Vinha, directeur scientifique du Centre de recherche du château de Versailles.

Équipe :

  • Aurélie Chatenet-Calyste, maître de conférences en histoire moderne à l’université de Lorraine ;
  • Daniel Dessert, historien ;
  • Anne-Madeleine Goulet, chargée de recherche au CNRS (UMR 7323) au Centre d’études supérieures de la Renaissance ;
  • Sandrine Jauneau, chargée de recherche au Centre de recherche du château de Versailles ;
  • Nicole Lallement, chargée d’études documentaires au Centre de recherche du château de Versailles ;
  • Pauline Lemaigre-Gaffier, maître de conférences d’histoire moderne à l’université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines ;
  • Alexandre Maral, conservateur général du patrimoine, directeur du Centre de recherche du château de Versailles ;
  • Pascale Mormiche, docteur en histoire moderne et agrégée de l’université, PRAG à l’université de Cergy-Pontoise ;
  • Benjamin Ringot, adjoint au directeur scientifique du Centre de recherche du château de Versailles.

Productions envisagées

  • Alimentation de la base biographique du CRCV à partir de dépouillements systématiques des rôles des officiers, des registres paroissiaux et des actes notariés ;
  • Création d’un annuaire prosopographique des personnages de la cour et de son environnement ;
  • Journées d’études sur les réseaux à la cour ;
  • Colloque final international comparatif sur les maisons royales européennes.
Site réalisé avec le soutien de :
Château de Versailles
Conseil général des Yvelines
©CRCV